Salzbourg
Pentecôte
Du 17 mai au 21 mai 2024
Prix

À partir de 4 300 € par personne

    Du au

    Information de contact

    Spectacle optionnel

    Pour confirmer mon inscription je souhaite être contacté(e) par

    Entre Salzbourg et Mozart, c’est une histoire d’amour et de passions. Certes, le compositeur autrichien voulut fuir sa ville natale dès la sortie de l’adolescence, en raison notamment de l’influence du prince-archevêque de la cité qui n’appréciait guère sa musique. Mais la présence du génial Mozart est partout dans cette magnifique ville alpine. De la maison au n°9 de la Getreidegasse où un enfant prénommé Wolfgang Amadeus vit le jour et éblouit le monde jusqu’à ses 17 ans, à la Salle des Conférences de la sublime Residenz où un Mozart âgé de 5 ou 6 ans donna ses premiers récitals, jusqu’aux grandes orgues de l’Abbaye Saint-Pierre, le compositeur a laissé une trace inoubliable dans cette cité aux mille trésors baroques. Et ce n’est pas les Mozartkugeln, ces délicieux bonbons en forme de boule à base de pistache, pâte d’amante et praliné à l’effigie du compositeur qui confirmeront un quelconque oubli de la ville à son héros…

     

    À Salzbourg, la musique de Mozart est ainsi chez elle. Directrice artistique du Festival de Pentecôte depuis 2012, Cecilia Bartoli met à l’honneur cette année l’œuvre du compositeur autrichien. Contre toute attente, c’est la première fois que la légendaire chanteuse romaine consacre toute une édition à l’auteur des Noces de Figaro ! Festival de Pentecôte oblige, l’affiche est exceptionnelle : la Messe en Do mineur, un récital d’András Schiff, « La Folle journée » avec des airs extraits des Nozze di Figaro, de Così fan tutte et de Don Giovanni, une Clémence de Titus mise en scène par Robert Carsen, ainsi qu’une soirée de gala pour célébrer les 50 ans de Plácido Domingo à Salzbourg. Viva Mozart !

    Le programme
    Récital D. Trifonov Et P. Järvi
    18 mai 2024
    Une folle journée
    18 mai 2024
    Messe en do mineur
    19 mai 2024
    La Clémence de Titus, De W. A. Mozart
    19 mai 2024
    Récital András Schiff
    20 mai 2024
    Gala 50 ans de Domingo
    20 mai 2024
    SAMEDI 18 MAI - SALZBOURG

    À 15h, au Grosses Festspielhaus :

     

    RÉCITAL D. TRIFONOV ET P. JÄRVI

     

    Orchestre philharmonique de chambre de Brême

    Paavo Järvi: Direction musicale

    Danill Trifonov: Piano

    – W. A. Mozart : Symphonie en ré majeur, « Paris »
    K. 297, Concerto n°25 pour piano en do majeur K. 503, Symphonie n°41 en do majeur, « Jupiter » K. 551

     

    C’est le concerto le plus majestueux de Mozart. Le grand compositeur Olivier Messiaen le comparait à un « Sphynx d’Egypte » tant le Concerto n°25 est grandiose et héroïque. Écrit en 1786, peu après les Noces de Figaro, ce chef d’œuvre sera interprété par un autre Sphynx, l’immense pianiste russe Daniil Trifonov, certainement l’un des musiciens les plus importants de notre époque. Pour l’accompagner, l’orchestre de la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême retrouve son chef d’élection Paavo Järvi avec qui il a déjà gravé des intégrales de Beethoven ou Schumann. Outre une symphonie galante écrite lors du séjour parisien de Mozart, la fulgurante Symphonie n°41 Jupiter (et véritable chant du cygne symphonique du compositeur) couronne un programme d’exception.

     

    À 19h30, au Grosses Festspielhaus :

     

    UNE FOLLE JOURNÉE

     

    Ensemble Les Musiciens du Prince-Monaco

    Gianluca Capuano: Direction musicale

    Davide Livermore: Mise en scène

    Mélissa Petit: Soprano

    Cécilia Bartoli: Mezzo-soprano

    Léa Desandre: Mezzo-soprano

    Daniel Behle: Ténor

    Rolando Villazòn: Ténor

    Ildebrando D’Arcangelo: Baryton-basse

     

    Programmation à venir

     

    Cécilia Bartoli, directrice artistique du Festival de Pentecôte de Salzbourg, aime donner une thématique à chaque édition. Après le mythe d’Orphée en 2023, le Festival 2024 rend donc hommage à l’œuvre de Mozart. La mezzo l’avoue : « depuis que j’ai pris la direction artistique du Festival de Pentecôte de Salzbourg en 2012, je n’ai jamais mis Mozart à l’honneur », alors qu’il s’agit (ici encore selon ses propres mots) de son « compositeur préféré » ! L’oubli est ici totalement réparé grâce à cette soirée de gala qui s’annonce exceptionnelle. On peut compter sur une véritable « folle journée » avec ce concert qui proposera des scènes et des airs extraits de la célèbre trilogie Da Ponte (Les Noces de Figaro, Cosi fan tutte et Don Giovanni). LA Bartoli sera bien sûr présente, aux côtés des jeunes chanteuses Mélissa Petit et Léa Desandre, et des légendes Rolando Villazon et Ildebrando D’Arcangelo. On peut également compter sur un gala d’une beauté visuelle stupéfiante avec les lumières et vidéos de Davide Livermore, metteur en scène réclamé dans le monde entier pour ses spectacles majestueux.

    DIMANCHE 19 MAI - SALZBOURG

    À 11h, à la Felsenreitschule :

     

    MESSE EN DO MINEUR

     

    Ensemble Les Musiciens du Prince-Monaco

    Gianluca Capuano: Direction musicale

    Chœur Il Canto di Orfeo

    Jacopo Facchini: Chef de chœur

    Regula Mühlemann: Soprano

    Juliette Mey: Mezzo-soprano

    Jan Patryka: Ténor

    Yasushi Hirano: Basse

     

    – W. A. Mozart : Messe en do mineur, K. 427

     

    Quelle mouche a donc piqué Mozart en 1782 ? Enfin libéré du service du prince-archevêque de Salzbourg, le compositeur choisit d’écrire, de son propre chef, une vaste œuvre religieuse. Certes, Salzbourg l’avait obligé à composer une dizaine de messes brèves, mais pourquoi diable retourner à ce genre solennel vers lequel il ne reviendra qu’à la toute fin de sa vie avec la commande du Requiem ? Les raisons sont certainement à chercher du côté de la sphère privée. La Messe en do mineur dite « Grande messe inachevée » est certainement un cadeau d’amour à sa femme Constance, mais également un hommage respectueux aux grands maîtres du passé. Avec ferveur, le compositeur s’affronte aux grands aînés baroques, comme Händel et Bach, et en reproduit les très vastes dimensions, l’utilisation virtuose du contrepoint et de la fugue, l’alternance entre airs solistes et grandes forces chorales pour créer une œuvre aussi grandiose que la Passion selon Saint-Matthieu et le Messie. Ce jalon de la musique sacrée sera interprété par Les Musiciens du Prince-Monaco sous la direction de son chef Gianluca Capuano avec un quatuor rompu au répertoire germanique.

     

    À 18h30, à la Haus für Mozart :

     

    LA CLÉMENCE DE TITUS, de W. A. Mozart

     

    Ensemble Les Musiciens du Prince-Monaco

    Gianluca Capuano: Direction musicale

    Robert Carsen: Mise en scène

    Chœur Il Canto di Orfeo

    Jacopo Facchini: Chef de chœur

    Daniel Behle: Tito Vespasiano

    Alexandra Marcellier: Vitellia

    Mélissa Petit: Servilia

    Cécilia Bartoli: Sesto

    Ildebrando D’Arcangelo: Publio

     

    Longtemps, La Clémence de Titus a souffert d’une réputation injustifiée. Et ce n’est que depuis quelques années que l’on apprécie à sa juste valeur la grandeur de l’ultime opéra de Mozart. Créé à Prague en 1791 à l’occasion du couronnement de Léopold II en roi de Bohème, l’ouvrage venait après la trilogie Da Ponte (Les Noces de Figaro, Don Giovanni, Cosi fan Tutte) puis La flûte enchantée, et marquait un retour à une forme plus ancienne datant du milieu du 18e siècle : l’opera seria. Constituée d’airs et de récitatifs majestueux, La Clémence de Titus est une une sublime réflexion sur l’amour et l’amitié. Pour cette représentation exceptionnelle, Cecilia Bartoli a fait appel au mythique metteur en scène canadien Robert Carsen. Si la mezzo romaine interprète le magnifique rôle de Sesto, elle a confié le reste de la distribution à des jeunes chanteurs et chanteuses qui sont en quelque sorte ses « protégés », notamment la française Mélissa Petit. Le fidèle Gianluca Capuano dirige l’ensemble Les Musiciens du Prince-Monaco et le chœur Il Canto di Orfeo.

     

     

     

     

    LUNDI 20 MAI - SALZBOURG

    À 11h, à la Haus für Mozart :

     

    RÉCITAL ANDRÁS SCHIFF

     

    András Schiff: Piano

     

    Programmation à venir

     

    C’est l’un des rois du clavier actuel.  Le pianiste hongrois impressionne par sa technique confondante et son jeu d’une lisibilité exceptionnelle. Comme le suggère le titre de l’ouvrage qu’il a fait paraître, Musik kommt aus der Stille, chez András Schiff, tout part du texte musical. Cet inlassable engagement lui provient de ses études à Budapest aux côtés de György Kurtág et Ferenc Rados. Du premier, il tire une infaillible science du détail. Du second, une manière de faire chanter le piano, qui fait oublier les marteaux de l’instrument, voire le toucher même du pianiste. Cet art incomparable, on le retrouvera lors d’un concert exceptionnel au Festival de Pentecôte, placé, édition 2024 oblige, sous le signe de Wolfgang Amadeus Mozart.

     

    À 17h, au Grosses Festspielhaus :

     

    GALA 50 ANS DE DOMINGO À SALZBOURG

     

    Orchestre de la radio de Munich

    Marco Armiliato: Direction musicale

    Aida Garifullina: Soprano

    Elena Stikhina: Soprano

    Sonya Yoncheva: Soprano

    René Barbera: Ténor

    Bekhzod Davronov: Ténor

    Dmitry Korchak: Ténor

    Rolando Villazón: Ténor

    Plácido Domingo: Baryton

    Erwin Schrott: Baryton-basse

     

    Faut-il présenter Plácido Domingo ? Légende vivante de l’opéra, le chanteur espagnol a enregistré plus de 100 albums, chanté près de 150 rôles et s’est produit plus de 4.000 fois en cinquante ans de carrière. Mais s’il existe un lieu où Domingo s’est toujours senti chez lui, c’est bien au Festival de Salzbourg. Après des débuts en 1975 en Don Carlo, il revient dans la cité autrichienne à d’innombrables reprises, comme récemment dans les opéras Les pêcheurs de perles de Bizet et Luisa Miller de Verdi. C’est cette incroyable carrière, comme un pan entier de l’histoire musicale de ce dernier siècle que le Festival de Pentecôte célèbrera avec des invités prestigieux et des amis proches du grand Placido Domingo.

     

     

    VOTRE HÔTEL AU CHOIX
    GOLDENER HIRSCH (*****)

    Face au Palais des festivals, le Goldener Hirsch, cher aux mélomanes, a vu naître Mozart presque au pas de sa porte… Confortable et chaleureux, il est l’institution salzbourgeoise par excellence.

    SACHER (*****SUP.)

    Sur les rives de la Salzach, face au panorama grandiose de la vieille ville, de la Forteresse et des Alpes, le Sacher est un hôtel de grande tradition, à l’élégance et au service irréprochables.

    TOUS LES FORFAITS
    PRIX PAR PERSONNE

    Goldener Hirsch :

    Forfait en chambre double Deluxe : 4 300 €

    Forfait en chambre double Deluxe à usage individuel : 6 017 €

     

    Forfait en Junior Suite : 4 669 €

    Forfait en Junior Suite à usage individuel : 6 728 €

     

    Sacher :

    Forfait en chambre double Deluxe vue rivière : 4 780 €

    Forfait en chambre double Deluxe vue rivière à usage individuel : 7 006 €

     

    Forfait en Junior Suite vue rivière : 5 905 €

    Forfait en Junior Suite vue rivière à usage individuel : 9 257 €

     

    Le prix de ce voyage comprend : l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 5 nuits du 17 au 21 mai 2024 • la taxe de séjour • les places de spectacle de catégorie I pour 6 représentations • l’assistance rapatriement.

     

    Le prix de ce voyage ne comprend pas : les extras • le transport • les transferts aéroport.

     

     

    Séjour individuel.

    Assistance sur place.

    Transport et transferts aéroport sur demande.

     

     

     

     

    Programme et prix communiqués sous réserves de modification de la part du festival ou par décision gouvernementale,
    en raison d’éventuelles contraintes sanitaires.

    Renseignements sur ce voyage
    En charge de la destination
    Pauline Heckly
    Contact
    +33 1 43 59 20 33
    +33 7 49 77 39 65
    Partager
    Bulletin d'inscription
    Nos voyages
    les plus récents
    error: Content is protected !!